3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 17:00

450px-Archeologico_firenze-_bronzi_della_Meloria-_sofocle.JPG

 

I remember : je remembre la mémoire.

 

L'atelier est sous la neige : suspension du temps alentour.

 

Un soir des années 70, alors que j'étais ivre de fatigue après des jours dans les mots, Jean-Pierre Vernant, pédagogue habituellement adroit et sensible, me tire cette fois-là de ma torpeur d'une frappe sonore sur la table de notre séminaire au Collège de France. Nous nous regardons aussi surpris l'un que l'autre, et éclatons de rire !

 

Je me souviens de tout : les lettres grecques tracées sur le cahier d'écolier, les règles de l'accentuation (paroxyton, proparoxyton...), et les cours de grec ancien que, comble suprême de la clownerie, je donnais à mes cadets. Quand j'y pense ! Non, je ne regrette rien. La vie était belle. Elle l'est toujours.

 

Brusque désir de reprendre Sophocle ce matin en repensant à tout ça.Une œuvre essentielle qui me sert toujours, un jour ou l'autre. Vous ne connaissez pas ? En livre de poche, je vous dis, et vous aurez une critique générale du Spectacle qui n'a pas pris une ride.

 

Délivrance : la voix du réveil dans la nuit éternelle vaut à jamais toutes les huiles essentielles.

Published by carnets.atlantiques.over-blog.com - dans Littérature
commenter cet article

commentaires