22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 07:00

539px-Resurrection.JPG

 

The greatest picture in the world...

 

Sur la route serpentine, la voiture brinquebale au milieu des vignes.

 

Le bourg de Sansepolcro semble retiré derrière ses murs bistres.

 

Je sais qu'au Museo Civico j'ai enfin rendez-vous avec un triangle merveilleux qui date de 1463.

 

Ce tableau, 2,20 m x 2,00 m, Piero della Francesca l'a peint ici, chez lui, et ce chef-d'œuvre d'un naturalisme flamboyant est resté depuis des siècles à la même place.  

 

La plus belle toile du monde. C'est à Aldous Huxley, Le Meilleur des mondes, vous vous souvenez ?, que l'on doit ce mot qui trouve sa justesse lorsque, de toute sa puissance plastique, la composition picturale s'impose à vous dans le silence nocturne.

 

Dans Along The Road, recueil d'impressions touristiques et publié en 1925, Huxley ne consacre pas moins de huit pages à La Resurrezione et ses alentours.

 

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, quelle chance qu'un gradé britannique ait lu le récit de Huxley : l'artillerie a, pour une fois, épargné le Christ ! Les perspectives avaient, par miracle, changé de camp...

 

 

(Aldous Huxley, Along The Road : Notes Of A Tourist, Chattos & Windus, 1948)

Published by carnets-atlantiques.eu - dans Art
commenter cet article

commentaires