18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 07:00

 

 

Lisons la nature...

 

 

Aix-en Provence.

 

À la table ronde d'un troquet abrité des regards, longue conversation avec HG de passage sur les coursives de son enfance.

 

Nous croquons chacun une pomme et j'allume ma pipe en bois de bruyère trouvée chez un buraliste d'Aberdeen. Le tabac ? Du Balkan Sobranie. Exclusif. Et seulement à Genève.

 

Dans mon sac, des extraits du Journal de Paul Cézanne. Je lui fais la lecture :

 

« Lire la nature, c’est la voir sous le voile de l’interprétation par taches colorées se succédant selon une loi d’harmonie. Ces grandes teintes s’analysent ainsi par les modulations. Peindre c’est enregistrer ses sensations colorées.

Il n’y a pas de ligne, il n’y a pas de modelé, il n’y a que des contrastes. Ces contrastes, ce ne sont pas le noir et le blanc qui les donnent, c’est la sensation colorée. Du rapport exact des tons résulte le modelé. Quand ils sont harmonieusement juxtaposés et qu’ils y sont tous, le tableau se modèle tout seul.

On ne devrait pas dire modeler, on devrait dire moduler. »

 

Et quand pense-t-il, le clavier musical, de la fameuse modulation ?

Published by carnets-atlantiques.eu - dans Art
commenter cet article

commentaires