19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 09:00

Nicolas-de-Stael---bateaux.jpg

 

« On n'éclaire pas sans brûler. »

 

 

Un colosse fragile dont la course effrénée à la vie s'achève dans une chute sans filet sous le soleil d'Antibes en 1955.

 

Mon père avait un peu connu ce Staël von Holstein (blason d'argent à huit tourteaux de gueules posés en orle : la palette prémonitoire du futur peintre...) que l'on appelait simplement Nicolas.

 

Les yeux fermés, si je puis dire, je reconnais son style instantanément : il crée en traitant la matière comme le ferait un tailleur de pierre longiligne. Une densité et des couleurs inconnues jusque-là. Des formats hors des proportions communes : Le Concert, de 1955 justement, 350 x 600, musée Picasso, Antibes - une immense flaque rouge pour un désaccord final.

 

J'ai une tendresse infinie pour quelques toiles en particulier, réalisées dans un temps contraint, autant de balises sûres dans un océan de nullités plastiques contemporaines :

 

staelmusiciensbechet.jpg

                                                                                           Les Musiciens, souvenir de Sidney Bechet, 1953

 

01_Les_toits_de_Paris.jpg

                                                                                                           Les Toits, 1952

 

les_mouettes_nicolas_de_stal_1.jpg

                                                                                                       Les Mouettes, 1955 

 

85132_1278429708_agrigente_578x420p.jpg

                                                                                                           Agrigente, 1953

 

nicolas-de-stael.sicile_1954.jpg

                                                                                                               Sicile, 1954


 

À l'initiale, voyez ces Bateaux bourlingueurs qui tanguent dans le bleu vers un cap incertain, 1955.

 

Pour René Char (lisez la correspondance Char-Staël, éditions des Busclats, 2010), Nicolas de Staël est un allié substantiel.

 

Pour nous, c'est l'ami Nicolas par-delà le temps inhumain.

 

Published by carnets.atlantiques.over-blog.com - dans Art
commenter cet article

commentaires