21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 07:00

800px-Freud_Sofa.JPG

 

 

Freud s'échappe du vortex plombé de Vienne le 4 juin 1938 pour gagner l'Angleterre. Tout, désormais, dans la ville est bien propret. Le sucre et la crème pâtissière vont, pour un bon moment, l'emporter sur le sel sans fard de la vie.

 

Le pan de cette histoire est connu semble-t-il, mais l'ignorance grandissant, mieux vaut le rappeler rapidement. Après avoir vu ses œuvres brûlées en 1933 par les Nationaux-Socialistes, Freud se sait en grand danger. L'arrestation temporaire de sa fille Anna par la Gestapo va précipiter les évènements et pousser l'auteur de L'Avenir d'une illusion à l'exil. Grâce à l'intervention conjointe de William Bullitt, ambassadeur des États-Unis, et de Marie Bonaparte (ah !, chère Marie) qui, au passage, par les réseaux de la coulisse, aura versé une rançon de très précisément 4824 dollars aux Nazis, Freud, sa femme, sa fille Anna et leur dame de confiance Paula arrivent à Londres, au 20 Maresfield Gardens, dans le district de Camden Town, au nord de la capitale anglaise. Freud se fera un point d'honneur de rembourser cette somme, importante pour l'époque, rubis sur l'ongle, à la princesse Marie. Il lui reste une année à vivre.

 

Je bois un café à Vienne, à deux pas du 19 Berggaße, origine de beaucoup de choses. L'endroit ? L'envers de Londres ? S'il y a un texte de Freud que je relis souvent et dont je vante le sens des perspectives auprès des publics divers qui ont la gentillesse de m'écouter, c'est bien Malaise dans la civilisation (Das Unbehagen in der Kultur), rédigé en 1929. 

 

Le constat synthétique y est d'une noirceur totale, mais combien juste : la bêtise supplante l'intelligence, la méchanceté des hommes disqualifie toute tentative d'éducabilité, et seuls les poètes montrent la voie de la rédemption. Moins de 200 pages de feu écrites avec le sang de celui dont le patronyme signifie joie.

 

Nous étions en 1929. Crise dans la crise. Que dire à peine un siècle plus tard ?

 

Ite missa est.

Published by carnets.atlantiques.over-blog.com - dans Déambulations nomades
commenter cet article

commentaires