18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 07:00

800px-Bierstadt_Albert_The_Landing_of_Columbus.jpg

 

Il voyageait de compagnie. Son camarade et lui trouvèrent un poteau ayant au haut cet écriteau : « Seigneur aventurier, s'il te prend quelque envie de voir ce que n'a vu nul chevalier errant, tu n'as qu'à passer ce torrent »...

 

 

Ce n'est pas encore Noël que l'on m'offre trois cadeaux venus, mages de choix, des plus divers horizons qui se rejoignent pour le plaisir.

 

Le premier, empli de vignettes colorées, est une invite à la récréation bien méritée. J'ai sept ans et porte une peau de bête pour aller voir là-haut si j'y suis.

 

Le deuxième m'apprend tout ce que je dois savoir pour me confectionner un abri végétal. Je laisse au baron son titre pour garder la branche la plus fière.

 

Le troisième enfin, mais il n'y a jamais de fin, je le lirai quand je n'aurai plus rien à faire dans l'oasis de mon rêve.

 

Aventure : il se passe toujours quelque chose...

 

 

(Sylvain Venayre, Rêves d'aventures, Éditions de La Martinière, 2006 / Antoine Marcel : Traité de la cabane solitaire, Arléa, 2011 / Hermann Hesse, L'Art de l'oisiveté, Le Livre de Poche, 2007)

Published by carnets-atlantiques.eu - dans Art
commenter cet article

commentaires