17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 06:00

image001-copie-15.jpg

 

J'ouvre le livre :

 

« Espiègle — On peut admirer comment une langue sait faire de la grâce et de l’agrément avec un mot qui semblait ne pas s’y prêter. Il y a en allemand un vieux livre intitulé Till Ulespiegle, qui décrit la vie d’un homme ingénieux en petites fourberies. Remarquons que Ulespiegel signifie miroir de chouette. Laissant de côté ce qui pouvait se rencontrer de peu convenable dans les faits et gestes du personnage, notre langue en a tiré le joli mot espiègle, qui ne porte à l’esprit que des idées de vivacité, de grâce et de malice sans méchanceté. C’est vraiment, qu’on me passe le jeu de mot, une espièglerie de bon aloi, que d’avoir ainsi transfiguré le vieil et rude Ulespiegle. »

 

Maître...

 

(Émile Littré, Pathologie verbale ou lésions de certains mots dans le cours de l'usage in Études et glanures pour faire suite à l'histoire de la langue française, Éditions Didier, 1880)

Published by carnets-atlantiques.eu - dans Saisons
commenter cet article

commentaires