9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 07:00

image001-copie-4.jpg

 

Mon dieu … Ayez pitié de ces eaux en moi qui meurent de soif !

 

 

Connaissance de l'Est.

Les questions et quelques réponses

après la conférence à huis ouvert.

Le jour dans la nuit.

 

Mes explorations vagabondes,

le ciel étoilé, très haut.

Le statut du chat noir.

Porte chance

sur la menée téméraire.

 

Les marins, la bière, les convictions -

dans ce bar, leur idéologie collective.

Passe ton chemin,

forme de ta désobéissance.

 

Sous le pont frémissant,

les affluents s'enlacent.

Accoudée à la rambarde,

  silhouette du hasard,

une fille brune fredonne

un air idéal.

 

  Rouges, verts et or,
des tourbillons liquides soudain

    éclaboussent en vivats sonores.

Schplouf, schplouf !

 

L'eau, chaos sensible

ou flamme mouillée.

Schhhh...Schhhh...

Novalis l'a écrit et Schwenk l'a étudiée.

 

De nos tempéraments,

la fille et moi

célébrons l'adéquation insurrectionnelle.

 

Le génie singulier

des ondes nocturnes

manifeste à l'instant sa violence providentielle.

 

 

 

(Theodor Schwenk, Das sensible Chaos. Strömendes Formenschaffen in Wasser und Luft, Freies Geistesleben, Stuttgart, 1962 / Le Chaos sensible. Création de formes par les mouvements de l'eau et de l'air, traduit de l'allemand par G. Claretie, éditionsTriades, 1995)

 

 

 

Published by carnets-atlantiques.eu - dans Déambulations nomades
commenter cet article

commentaires