1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 06:00

Edouard_Manet_025.jpg

 

Qui donc a dit que le dessin est l'écriture de la forme ? La vérité est que l'art doit être l'écriture de la vie...

 

 

Le printemps renaît un peu partout. Et le peuple se prend d'espérance. Ne nourrissant ni espoir ni désespoir, je préfère poursuivre mon tour d'Europe des beautés plastiques qui ne demandent qu'à s'échapper des musées.

 

Munich, Neue Pinakothek. De Zurich, ce n'est pas si loin et du temps, j'en ai à revendre. Pendant une longue conversation avec ma chère amie pianiste, nous avons évoqué tout l'intérêt d'une nouvelle déambulation dans la pinacothèque bavaroise.

 

Manet et Monet se sont beaucoup salués jusqu'à la fin, on le sait. Sous les yeux, Claude Monet peignant sur son bateau, petite toile liquide de son ami Édouard, 1874. La Commune a tourné la page, semble-t-il, et les bords de Seine sont plus verdoyants que jamais. Pourtant, un bleu outremer explose, littéralement, au premier plan sur fond d'usines distanciées. Que peint Claude ? Le tableau dans la toile. Barque pagode qui glisse sur le fil du temps. Une coiffe coloniale pour se prémunir du frais soleil.

 

Mais ce matin-là, c'est un autre chapeau qui, comme à chaque fois, fait impression. Ce canotier, quelle insolence ! De cette trinité d'individus chacun dans son monde, celui de 1868, c'est Léon qui apparaît le plus magistralement moderne. Voici, dit la chronique, l'enfant d'Édouard en filiation biologique. Est ? Serait ? Ou produit d'une tout autre configuration ? Il a l'air si peu français et très américain. J'aurais pu le croiser à Boston. Velours noir profond de la veste - ainsi de la robe des chats mystérieux -, et pantalon de la meilleure flanelle. Idéal pour une régate. Une main dedans, une main dehors. Dans le triangle inversé de son visage, les rêves de l'adolescent. Il flâne, le jeune Léon. Il a raison : hard times are about to come.

 

Un an de vie supplémentaire et, qui sait ?, Baudelaire ne serait pas passé à côté du duel significatif que Manet a engagé toute son existence contre le freinage humain.

 

 

 

Published by carnets-atlantiques.eu - dans Art
commenter cet article

commentaires