25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 06:00

800px-Photo30029_vue_d-ensemble_au_parc_du_Marquenterre.jpg

 

Chaque vague en passant d'un butin s'est chargée...

 

 

Empreintes du printemps.

 

La route bien claire par les vallons.

 

Une escapade du côté du vivant.

 

Joyeux trilles et de drôles de drilles.

 

Saint-Valery sans accent mais avec beaucoup de talents.

 

Une conversation, un café, une décision.

 

Un  fantôme sans relief, cette vieille lune d'Anatole.

 

André t'en a lancé, des banderilles.

 

Une puissance qui jamais ne s'endort, le grand Victor.

 

Allez, cheval au front dégagé : hue ! Go !

 

Tous deux ont, paraît-il, respiré l'air de ce large.

 

Même lieu, inspirations diverses.

 

 

 

Longtemps marché dans ce monde vertical.

 

Au bout des terres, il y a encore un peu de terre.

 

Sur la gauche, au milieu des marais, un fanal rouge, bancal.

 

Une marque en terre.

 

Des sarcelles et des avocettes.

 

Danseuses contre l'inertie.

 

Le ciel, très haut, le sable mouillé, en miettes.

 

 

Une idée d'ordre, somme toute - fragile et singulier.

 

 

 

 
Published by carnets-atlantiques.eu - dans Déambulations nomades
commenter cet article

commentaires