5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 06:00

 

Enquête au musée archéologique de Delphes.

 

J'ai la réponse à la question.

 

Plus tard, à l'ombre de trois oliviers :

 

« O vous, augustes reines du Céphise et d’une cité fameuse par ses coursiers !

Grâces !, illustres protectrices de la fertile Orchomène et de l’antique race de Mynias, écoutez-moi, je vous adresse mes vœux !

Tous les biens, tous les plaisirs dont jouissent les mortels sont des bienfaits de votre bonté ; et si quelque homme a en partage la beauté, la sagesse ou la gloire, c’est encore à vous qu’il le doit. Jamais, sans les Grâces décentes, les festins et les chœurs ne plairaient aux dieux. Dispensatrices augustes de tous les plaisirs du ciel, assises sur des trônes auprès d’Apollon à l’arc d’or, vous offrez sans cesse d’éternels hommages à votre père, l’immortel roi de l’Olympe.

Charmante Aglaé, Euphrosyne amie des chants des poëtes, filles du plus puissant des dieux, prêtez l’oreille à mes accens ; et vous, Thalie, pour qui la musique a tant de charmes, jetez un regard favorable sur cet hymne qui vole d’une aile légère dans ce jour heureux et prospère.

Plein d’une ardeur poétique, jeune Asopichus, je suis venu chanter sur le mode lydien la victoire olympique et la gloire dont tu illustres aujourd’hui la ville des Myniens.

Volez, Écho, volez vers les sombres demeures de Proserpine ; portez à Cléodame l’agréable nouvelle de la victoire de son fils ; annoncez-lui qu’au sein de la glorieuse Pise, le laurier triomphal a couronné son jeune front. »

 

Du souffle qui fend le temps.

Published by carnets-atlantiques.eu
commenter cet article

commentaires