30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 06:00

Bois coupé dans le hangar.JPG

 

La forêt liquide au bord du lac...

 

Un après-midi méditatif les pieds dans l'herbe mouillée :

« Dans le pays de Song, à King-cheu, les arbres poussent en masse. Les tout petits sont coupés, pour en faire des cages aux singes. Les moyens sont coupés, pour faire des maisons aux hommes. Les gros sont coupés, pour faire des cercueils aux morts. Tous périssent, par la hache, avant le temps, parce qu’ils peuvent servir. S’ils étaient sans usage, ils vieilliraient à l’aise. Le traité sur les victimes déclare que les bœufs à tête blanche, les porcs au groin retroussé, les hommes atteints de fistules, ne peuvent pas être sacrifiés au Génie du Fleuve ; car, disent les aruspices, ces êtres-là sont néfastes. Les hommes transcendants pensent que c’est faste pour eux, puisque cela leur sauve la vie. »

La servitude : une question de degré ou de nature ?

Published by carnets-atlantiques.eu
commenter cet article

commentaires