27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 06:00

File:Ivoi-CorsaireTriplex-Partie1-chap8-p71.jpg

 

 

Au grenier, les jours de pluie...

 

Le hasard me fit un jour récipiendaire de plusieurs ouvrages signés Paul d'Ivoi.

 

Je lui préférai Jules Verne.

 

Pourtant, et pour autant, Les Cinq sous de Lavarède, Massiliague de Marseille, Cigale en Chine, Les Semeurs de glace ou L’Aéroplane fantôme ne manquent pas de charme.

 

Une bruine à la Mac Orlan vient ourler la frondaison :

 

« La Wilhelmstrasse, – rue Guillaume – partant de l’avenue des Tilleuls, à côté de la place de Paris, pour aboutir à la place Belle-Alliance, est la voie la plus aristocratique de Berlin, capitale allemande, que la Sprée aux eaux grises divise en deux parties inégales.

Or, la maison portant le numéro 73 s’adosse aux bâtiments annexes du ministère des Affaires étrangères, dont la façade principale et la plupart des services sont situés de l’autre côté de la rue au numéro 76. Ces détails… topographiques étaient indispensables parce que…

Parce que, dans un salon-bureau du rez-de-chaussée du numéro 73, deux personnes conversaient avec cette familiarité confiante qu’expliquent seuls les liens de parenté.

– Alors, Marga, la liberté que vous a rendue le veuvage, vous pèse ?

– La liberté, non, mon père,… ce n’est pas la liberté qui me déplaît, c’est la solitude…

Le père de Marga se renversa dans son fauteuil en riant de grand cœur. »

 

Un peu d'ennui de temps en temps en vue de longues jouissances...

 

 

Published by carnets-atlantiques.eu
commenter cet article

commentaires